AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les condidences de Joseph S. Sankara rèvèlent bien des chose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
junior
Expert


Nombre de messages : 528
Age : 34
Localisation : Namur (Belgique)
Date d'inscription : 24/02/2006

MessageSujet: Les condidences de Joseph S. Sankara rèvèlent bien des chose   Sam 2 Sep - 15:44

AVANT SA MORT...

Le père de Thomas Sankara attendait Blaise

A en croire Jonas Hien, Feu Papa Joseph Sambo Sankara, dont il a été pendant longtemps le confident, lui a demandé à plusieurs reprises de transmettre un message au président gabonais, Omar Bongo Ondimba, pour ce qu'il a fait pour sa belle-fille et ses petits-fils. N'ayant jamais eu l'occasion de rencontrer le président gabonais et après le décès du père de Thomas Sankara, il se fait le devoir de transmettre le message en question par le biais de la presse.


Mon "Vieux" est parti. Je ne le reverrai plus jamais sur cette terre de lutte contre la pauvreté, contre le trafic des enfants, cette terre de quête permanente de la démocratie. Mes temps de longues discussions avec lui sont bien terminés. Oui, Papa Joseph Sambo Sankara est bien parti.

A chaque fois que j'arrivais à son domicile, s'il y avait de cela déjà deux semaines passées sans l'avoir vu, il m'accueillait en riant et en disant : «Je pensais que les gens-là t’ont enlevé». Je répondais en ces termes : «Je ne les ai pas encore vus». Il faisait allusion au pouvoir en place à cause de mes écrits. Puis, on passait à autres choses. Il m’appelait de plusieurs façons : «Mon fils, ou mon Lobi ou encore mon esclave». Joseph Sankara me racontait que quand il était en service à Gaoua dans le temps, à cause de son intégration à la population, ses amis ont décidé un jour de lui "retirer" le nom Sankara pour lui attribuer un autre : Kambou. Ils l’appelaient donc Joseph Kambou. Et comme en pays Lobi les Hien et les Kambou sont des parents à plaisanterie, d’où l’esclave que j’étais pour lui.



Sujets divers et sans tabou



Nos sujets de conversation étaient divers. A titre d’exemple, lorsque je terminais de lire un écrit quelconque portant sur la vie de Thomas Sankara, je relevais toutes les informations qui se rapportent à la famille que je vérifiais avec lui. C’est ainsi que j’ai su que beaucoup de choses sont méconnues de Thomas Sankara, et certains écrits sur lui inexacts. Papa Joseph connaissait bien son fils Thomas. Cependant, quand vous lui posiez une question dont il n’avait pas la réponse, il n’hésitait pas à dire : «Il faut vérifier cette information avec ses amis militaires, il se pourrait qu’ils en savent quelque chose». C’est dire que l’information a un aspect purement militaire. Il n’y avait donc pas de sujets tabous entre nous. Papa Joseph était très ouvert à moi tout comme son épouse Marguerite qui l’avait devancé dans l’au-delà six ans avant. Elle n’hésitait pas à me dire : «Je ne veux pas parler de Thomas à quelqu’un, mais si c’est toi, je te dirai tout ce que tu veux savoir». Je posais toutes sortes de questions à Papa Joseph sur la vie de Thomas Sankara ou sur sa mort. C’est ainsi qu’un jour, je lui ai posé la question suivante : «Quand Thomas était devenu président, lui arrivait-il de venir vous voir, en tant que père pour avoir votre appréciation ou votre point de vue sur la manière dont il dirigeait le pays et recueillir vos conseils?» Papa Joseph Sankara répondit : «Pas vraiment. Sur les affaires de l’Etat, lui et moi on n'en parlait pas comme ça. Si j’avais quelque chose à dire dans ce sens, je préférais en parler avec Blaise. Ils étaient tous deux mes fils. En plus de mon fils qu’il était, Blaise était encore comme un ami. On s’entendait bien et il veillait bien sur moi. Donc avec lui, j’étais plus à l’aise pour parler de ces choses-là. Si j’avais des points de vue à donner, je passais par Blaise car, en passant par lui, il y avait des chances que ça passe au niveau de Thomas car je savais qu’il écoutait bien son ami Blaise. Mais je me rappelle qu’il est venu par deux fois et a demandé à me parler à huis clos. La première fois c’était en 1984, un an seulement après leur prise du pouvoir. Cette année-là, il y avait eu une tentative de coup d’Etat qui a valu l’exécution physique de sept personnes accusées, si je me rappelle bien du nombre. C’est après l’exécution de ces personnes qu’il est venu me voir. Quand nous nous sommes assis à deux, il m’a demandé si j’ai appris qu’ils ont tué des gens pour tentative de coup d’Etat. J’ai répondu par l’affirmative. Il m’a dit que c’est de ça qu’il voulait me parler. Il m’a dit qu’il ne comprenait rien dans cette affaire; qu’on lui a dit qu’ils ont tenté de renverser le régime mais lui il ne croit pas en cette histoire. Thomas a failli pleurer ce jour-là quand il me parlait. Il m’a dit qu’il ne voulait pas qu’un jour ses parents aient des problèmes quand il ne sera plus président parce que quand il l’était il a tué les parents des gens. Que c’est pourquoi il voulait que je sache que ce n’est pas lui qui a ordonné l’exécution de ces gens. Il m’a dit qu’il n’arrivait pas à dormir avec cette affaire, même s’il allait dans le même sens que ses camarades. Je lui ai dit que j’avais bien compris et qu’il devait assumer. Comme c’était lui le président, il fallait qu’il accepte que c’était lui. Je lui ai conseillé de ne plus le dire à quelqu’un d’autre et qu’il devait continuer d’aller dans le même sens que ses camarades d’armes. Je l'ai rassuré que si demain j’avais des ennuis avec les parents de ces personnes exécutées, je ne ferais que demander pardon. Et si je ne suis pas compris, je ne peux pas dire aussi que mon fils n’a rien fait contre leurs parents. Je ne ferai que continuer à demander pardon. C’est ce jour-là que j’ai profité lui donner quelques conseils pour remonter son moral.



Beaucoup plus attaché à Blaise Compaoré



La deuxième fois qu’il est venu me voir, je pense que c’est en 1986 ou 1987, il est venu ici encore à la maison et a demandé à me voir à deux. Quand nous nous sommes assis, il m’a dit qu’il avait un projet de construction d’un hôtel souterrain à Gaoua. Il m’a dit que le financement ne posait pas de problème. Il m’a expliqué la situation géographique où cet hôtel devait être construit (selon l’explication reprise par Joseph Sankara, il s’agirait de la zone de l’actuelle Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Gaoua ). Il m’a dit que compte tenu de mon attachement à cette ville, il ne voulait pas le faire sans en avoir mon point de vue. Il m’a aussi indiqué que c’est le souvenir qu’il comptait laisser à cette ville pour tout ce que cette population a fait pour notre famille quand nous étions à Gaoua. Je l’ai beaucoup encouragé dans ce projet. Il m’a tellement parlé de ce projet que je m’imagine ce que Thomas pense dans sa tombe car ça faisait partie de ses projets auxquels il tenait pour le Burkina. En dehors donc de ces deux cas dont je me rappelle, lui et moi on ne parlait pas comme ça des affaires de l’Etat. J’étais plus attaché à Blaise et la famille ne se mêlait pas à la gestion de leur pouvoir.»

Un autre jour encore, alors qu’on discutait "du tout et de rien", je lui ai demandé pourquoi il ne voulait pas voir la tombe de Thomas son fils. Papa Sankara me répondit: «C’est le moment qui n’est pas encore arrivé». Mais la même question je la lui avais posée plus d’une fois. Et la dernière, je lui ai dit ceci : «Maman est décédée sans avoir vu la tombe de Thomas, vous aussi vous risquez de mourir un jour sans voir la tombe.» J’étais debout prêt à le quitter. Joseph Sankara me prit au sérieux ce jour-là. Il me dit : «Ne pars plus, reviens t’asseoir. Je sais que tu veux que je voie la tombe de Thomas. Mais ce que tu viens de dire, c’est ça qui risque d’arriver. Je risque effectivement de mourir un jour sans voir cette tombe, car j’attends Blaise. Et si Blaise ne vient pas ça risque d’arriver comme ça. Blaise me connaît. Il sait que je ne suis pas méchant. Ils étaient tous deux mes enfants, l’un a tué l’autre. Le père que je suis est en droit de savoir ce qui s’est passé. C’est tout ce que j’attends de lui. S’il ne vient pas, quand je rejoindrai Thomas, certainement qu’il me dira ce qui s’était passé.» Ce jour-là je compris tout et nos discussions n’ont plus porté sur ce sujet. Et c’est ce qui est arrivé. Blaise n’est pas venu, et Papa Joseph est "parti" lui aussi sans voir la tombe de Thomas.



"Dis à Omar Bongo que je n'ai pas oublié"



Maintenant que mon "Vieux" est bien "parti", je me dois de me consacrer à un devoir. Pendant nos différents échanges, Papa Joseph me disait : «Mon fils, un jour si tu as l’occasion de rencontrer le président Omar Bongo du Gabon, dis-lui que je n’ai pas oublié. Sans lui, je ne sais pas ce que ma belle-fille et ses enfants seraient devenus. Il m’arrive de penser, presqu’au bord des larmes, que si Omar Bongo n’avait pas intervenu pour que Mariam et ses enfants puissent quitter le pays, peut-être qu’ils seraient devenus comme Thomas. Quand je pense à ça, je ne peux pas oublier son action.» Papa Sankara me l’a repété plus de mille fois. Et la dernière fois qu’il m’en parlait encore alors que je quittais la cour, il m’a demandé de revenir: «N’oublie pas la mission que je t’ai confiée». Dans mon hésitation, il rappelle : «Bongo. C’est une mission que je t’ai confiée. Si je venais à mourir, fais tout pour que le message lui parvienne. Dis-lui que je suis mort avec son nom dans mon cœur. Que de ma tombe je prierai pour lui.» Les morts ne sont pas morts, il faut le croire. Dans un rêve récent, je me vis à côté de Papa Sankara et notre conversation portait sur Omar Bongo. Au réveil, je compris tout. On ne s’amuse pas avec ces choses-là. Voilà donc Papa, je n’ai pas encore eu l’occasion de rencontrer le président Omar Bongo. Mais connaissant la portée fulgurante de la presse, je lui transmets votre message par ce canal, persuadé que votre message lui parviendra. J’invite aussi qui peut le faire, à relayer ce message d’outre-tombe au président Omar Bongo. Papa Sankara dormirait encore en paix de savoir que son message est parvenu à celui qu’il a porté dans son cœur même du fond de sa tombe.



"Je ne peux pas tout dire par ce canal"



Président Bongo, recevez donc l’essentiel de ce message. Pour avoir reçu mille fois ce message pour vous, je puis mesurer l’attachement de Joseph Sankara, père du président Thomas Sankara, au message qu’il a souhaité que je vous transmette. Recevez donc toute sa bénédiction, même du fond de sa tombe. Il est "parti" sans avoir eu l’occasion de vous le dire de vive voix lui-même. Ce qu’il aurait voulu. Pour sûr, il dira à son fils Thomas l’acte que vous avez posé en faveur de sa veuve et de ses deux orphelins.

Papa Sankara, votre message est donc fait. Et si j’avais l’occasion de le rencontrer un jour, je suis persuadé que vous serez à côté, même invisible, au moment où je lui transmettrai votre message de vive voix car je ne peux pas tout dire par ce canal mais ce n’est pas que j’ai oublié les détails. Reposez donc en paix après toute la bonté que vous avez enseignée durant toute votre vie sur terre.

Salut à Maman, bien de choses à Thomas, aux autres aussi.



Ton fils, ton Lobi, ton esclave.



Jonas Hien






© Les Editions Le Pays
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/juni2
Armando
Avancé


Nombre de messages : 169
Localisation : Tanger(Maroc)
Date d'inscription : 21/02/2006

MessageSujet: Re: Les condidences de Joseph S. Sankara rèvèlent bien des chose   Mar 5 Sep - 11:18

Bon beuh...!moi je prends ça avec des pincettes.Je ne suis pas sûr que cette histoire soit vraie.Mais bof c'est pas grave si c'est vrai.Dans tous les cas Blaise ne va jamais remttre pied labas, c'est clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les condidences de Joseph S. Sankara rèvèlent bien des chose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit craquage mais bien ciblé !
» comment bien écouter 1 enfant de 8 ans ?
» UN BONNET SUPER SIMPLE... ET BIEN CHAUD !
» Choix deux sieges bien noté mais pas trop cher
» stephan gendron au show du matin WOW! bien dit!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Faso-Vip :: INFORMATIONS :: ACTUALITES BURKINABE-
Sauter vers: